Les vacances d’un control freak

On dit qu’il n’y a pas plus beau métier que celui de parent. Comme dans toute profession, nous nous devons d’être dotés des compétences nécessaires pour accomplir nos tâches avec efficacité et aisance. Le hic, c’est que contrairement à ce qui se déroule en entreprise, nous ne sommes pas soumis à un processus de présélection rigoureux avant d’obtenir le poste.

 

Être parent, est-ce que c’est acquis ou inné ?  

Pour ma part, je pense que ça s’apprend sur le tas (non, je n’irai pas là…). Tu te crois raisonnablement capable de t’en sortir, mais la loterie de la génétique mêle parfois les cartes : le tempérament de bébé n’est pas toujours assorti à celui du parent. J’en sais quelque chose, car mes deux enfants ont des personnalités diamétralement opposées, mais tellement complémentaires lorsqu’il s’agit de nous faire tourner en bourrique!

Oui, certains individus semblent avoir été mis sur cette planète pour perpétuer la race humaine alors que d’autres n’arrivent pas à prendre soin d’une plante verte. Pour ma part, je me situe à mi-chemin du spectre : je ne suis certainement pas le meilleur père du monde, mais loin d’être le pire.

Je fais de mon mieux même si je suis parfois souvent dépassé par les événements. J’ai appris à mes dépens que j’ai une légère tendance (euphémisme) à vouloir garder un contrôle absolu sur mon environnement — qui n’aime pas avoir le contrôle, je vous le demande. Je n’ai jamais apprécié l’aventure et les imprévus : je suis pantouflard et fier de l’être. Cela ne signifie pas pour autant que j’ai une vie monotone, mais plutôt que je préfère demeurer à l’affût de ce qui m’attend dans le détour.

Comme dans toute folle équipée, il ne faut pas faire cavalier seul. Pour ma part, j’ai la chance d’avoir la meilleure copilote de tous les temps. Elle sait garder le nord lorsque mon système de navigation interne est défaillant. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui retire autant de satisfaction à dresser des listes que ma blonde. Je dois vous avouer que j’en suis à la fois consterné et émoustillé.

C’est à l’aide d’une de ces fameuses listes que nous avons planifié une petite escapade familiale, notre premier voyage officiel. Tout était réglé jusque dans les moindres détails. Nous étions parés à toutes les éventualités, du moins nous le croyions. C’est donc le cœur léger et le sourire aux lèvres que nous nous dirigeons vers notre destination. À peine la porte de notre chambre d’hôtel déverrouillée que les enfants se précipitent vers les lits, ouvrant tiroirs et interrupteurs au passage. Je cours dans tous les sens pour limiter les dégâts — appelez-moi papa poule pas de tête. Le reste de notre périple s’est somme toute bien déroulé considérant que nous trimbalions deux bambins à Tremblant pendant les vacances de la construction : beau flash! Je dois vous avouer que rétrospectivement, la seule ombre au tableau était mon humeur massacrante qui m’empêchait de baisser ma garde et de savourer le temps passé avec ma famille.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille comme certains le prétendent. Elle est impétueuse, imprévisible, indocile. Certains la prennent à bras le corps alors que d’autres préfèrent la tenir par la main. On peut essayer de parer les coups, mais il demeurera toujours une grande part de mystère avec laquelle nous devrons composer. L’important, c’est d’accepter qu’on ne peut pas tout contrôler, que rien n’est parfait et que nous n’avons qu’une vie à vivre.

Hein, est-ce que je viens vraiment de dire ça ?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s